Language version

Business

La Banque mondiale octroie au Rwanda cent millions de dollars de pour la connectivité à large bande

Advertisement

Published

on

lA Banque mondiale a approuvé un financement de 100 millions de dollars américains dans le cadre du volet d’intensification de l’Association internationale de développement (IDA) pour aider le gouvernement rwandais à accroître l’accès au haut débit et à certains services publics numériques, et à renforcer l’écosystème de l’innovation numérique au Rwanda.

Le nouveau projet d’accélération numérique aidera le gouvernement à étendre l’accès et l’adoption du numérique en dirigeant une série d’initiatives innovantes d’accès et d’inclusion numériques, notamment en soutenant 250 000 ménages avec un financement pour aider à acquérir des appareils intelligents ainsi qu’en formant trois millions de personnes à la littératie numérique de base ( avec des cibles pour les filles et les femmes).

Le projet améliorera également les capacités de service numérique du gouvernement en le dotant de la capacité d’exploiter la puissance des mégadonnées et de développer au moins 30 services numériques nouveaux ou améliorés grâce à des investissements à grande échelle dans des normes, des plates-formes et des infrastructures numériques partagées.

Ceux-ci permettront au gouvernement d’étendre en toute sécurité la prestation de services transactionnels et à distance, y compris l’inscription et la délivrance de nouvelles informations d’identification numérique à 75 % de la population.

Enfin, le projet augmentera la capacité du Rwanda à soutenir l’innovation numérique en renforçant l’écosystème d’entrepreneuriat local, en développant la base de talents numériques du Rwanda et en aidant les entreprises technologiques à passer du démarrage à la croissance. Au moins 300 start-ups numériques seront directement soutenues par le projet, en mettant l’accent sur celles appartenant à des femmes.

« Élargir l’accès et l’adoption du numérique, améliorer la prestation de services publics numériques et promouvoir l’innovation numérique sont essentiels pour la transformation numérique du Rwanda, qui peut à son tour contribuer à une solide reprise post-COVID-19 », a déclaré Rolande Pryce, directrice nationale de la Banque mondiale pour le Rwanda.

« Le Rwanda Digital Acceleration Project englobe tous ces éléments et contribuera à la vision du Rwanda de devenir une économie fondée sur la connaissance et un pays à revenu intermédiaire supérieur d’ici 2035, en tirant parti des technologies numériques pour accélérer la croissance et la réduction de la pauvreté.

Le projet soutiendra également les efforts du Rwanda pour attirer les investissements du secteur privé dans les initiatives d’inclusion numérique, les infrastructures numériques et par le soutien à l’innovation numérique et à l’entrepreneuriat – dans le but de préparer le pays à une économie fondée sur les données et les services en ligne capable de soutenir reprise durable dans un contexte post-COVID-19.

« Pour que le Rwanda tire parti de la transformation numérique en tant que moteur de croissance, de création d’emplois et d’une meilleure prestation de services, l’adoption numérique doit s’améliorer considérablement.

Ce projet aidera le Rwanda à lutter contre l’abordabilité des appareils et services numériques, mais aussi à combler les lacunes persistantes en matière de littératie numérique de base, afin d’augmenter la demande locale de services et de plates-formes numériques », a déclaré Isabella Hayward, spécialiste du développement numérique à la Banque mondiale et chef de l’équipe de travail. du projet.

« Le projet soutiendra également les aspirations du GoR à fournir des services électroniques 24 heures sur 24, sans numéraire, sans papier et entièrement transactionnels de gouvernement à gouvernement, de gouvernement à entreprise et de gouvernement à personne à la fois au niveau du gouvernement central et au niveau sectoriel. . ”

Le projet sera cofinancé à hauteur de 100 millions de dollars par la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), dont le Rwanda est un membre non régional. Il s’agira du deuxième investissement de l’AIIB au Rwanda et du premier financement d’investissement de projets numériques à être cofinancé avec l’AIIB.

Continue Reading
3 Comments

3 Comments

  1. Hairstyles Vip

    2 December 2021 at 3:48 pm

    Thanks for your submission. I would also like to comment that the very first thing you will need to do is determine whether you really need credit improvement. To do that you will need to get your hands on a replica of your credit profile. That should never be difficult, since government necessitates that you are allowed to obtain one absolutely free copy of the credit report per year. You just have to ask the right people. You can either look at website for the Federal Trade Commission and also contact one of the main credit agencies straight.

  2. Roseanne Duval

    5 December 2021 at 8:19 am

    I would like to get you more customers for your business and you don’t have to pay me until I get results. Can we schedule a call so I can explain how this works? Email me here:leahybartlettpw65@gmail.com

  3. cheater on mobile

    17 December 2021 at 10:35 am

    My programmer is trying to persuade me to move to .net from PHP. I have always disliked the idea because of the costs. But he’s tryiong none the less. I’ve been using WordPress on a number of websites for about a year and am worried about switching to another platform. I have heard excellent things about blogengine.net. Is there a way I can import all my wordpress content into it? Any kind of help would be greatly appreciated!|

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Business

L’essentiel du protocole d’accord entre le Rwanda et TotalEnergies

Published

on

TotalEnergies a récemment signé un protocole d’accord avec Rwanda Development Board (RDB) en vue de déployer son offre multi énergies et contribuer au développement du secteur énergétique 

La signature a eu lieu à l’occasion d’un déplacement de Patrick Pouyanné dans le pays, le 31 Janvier 2022.

TotalEnergies et Rwanda Development Board, l’organisme public rwandais chargé d’accélérer le développement économique du Rwanda, ont signé un protocole d’accord (MoU) en vue d’une collaboration sur des projets liés au secteur de l’énergie. L’accord couvre notamment :

  • la commercialisation de produits énergétiques pour la mobilité, y compris la recharge électrique des véhicules ;
  • la fourniture de GPL pour substituer au brûlage de biomasse ;
  • la production d’hydro-électricité renouvelable ;
  • le développement de solutions de stockage d’énergie pour le réseau électrique;
  • le développement de puits naturels de carbone ;
  • la mise en œuvre de programmes d’éducation et de formation sur les nouvelles énergies et la transition énergétique.

TotalEnergies a également annoncé la création de la filiale TotalEnergies Marketing Rwanda Ltd, et l’ouverture d’un bureau permanent à Kigali.

“Cet accord de collaboration illustre la volonté de TotalEnergies de déployer sa stratégie multi-énergies en Afrique, particulièrement au Rwanda, un pays dont l’économie est en plein essor”, a déclaré Patrick Pouyanné, Président-directeur général de TotalEnergies.

” Nous sommes heureux de saisir cette opportunité de collaborer avec le Rwanda et de contribuer au développement du secteur énergétique du pays, en ligne avec l’ambition de TotalEnergies de devenir une entreprise globale multi-énergies”.

“La collaboration avec TotalEnergies dans le secteur de l’énergie, notamment l’investissement qu’ils feront dans le stockage d’énergie propre, la distribution, les partenariats avec nos entreprises du secteur privé au Rwanda et au-delà, arrive à point nommé pour un pays qui place l’environnement au cœur de ses stratégies de développement. De plus, le transfert de compétences dans des domaines critiques tels que les énergies renouvelables et la transition énergétique contribuera sans aucun doute au développement d’une expertise locale dans le secteur de l’énergie.” a déclaré Clare Akamanzi, PDG du Rwanda Development Board.

TotalEnergies est une compagnie multi-énergies mondiale de production et de fourniture d’énergies : pétrole et biocarburants, gaz naturel et gaz verts, renouvelables et électricité. Ses 105.000 collaborateurs s’engagent pour une énergie toujours plus abordable, plus propre, plus fiable et accessible au plus grand nombre. Présent dans plus de 130 pays, TotalEnergies inscrit le développement durable dans toutes ses dimensions au cœur de ses projets et opérations pour contribuer au bien-être des populations.

Continue Reading

Business

Recherché au Rwanda, Le fondateur de DN International finalement arrêté à Nairobi

Published

on

L’investisseur kényan Nathan Loyd Ndung’u a été arrêté à Nairobi à la demande d’Interpol, poursuivi pour fraude au Rwanda lié à son entreprise DN International Ltd.

Il a été immédiatement traduit devant le tribunal mercredi le 2 février, en attendant la décision du juge concernant la libération provisoire.

Le parquet a exigé que l’investisseur ne soit pas libéré sous la caution, car il aurait pu fuir. La situation peut se compliquer de nouveau car il a la double nationalité du Kenya et celle des Etats Unis, et le Rwanda n’a pas signé la traité d’extradition avec les USA.

Le verdict du juge du tribunal de Milimani sera rendu le vendredi 4 février 2022.

Ndung’u avait été condamné à cinq ans de prison par contumace en 2012 après avoir été reconnu coupable de fraude, en relation avec un village moderne surnommé Green Park Villas dans le district de Gasabo.

C’est en 2010 que DN International a lancé le projet de construction de plus de 50 maisons modernes d’une valeur de 75 millions de Frw chacune. Il devait coûter 6,2 millions de dollars sur huit hectares.

Malheureusement, il l’a laissé inachevé et n’a pas remboursé la KCB Bank ses prêts, et même sans payer pour ses fournisseurs et les simples travailleurs.

I avait été arrêté par la police rwandaise et puis libéré sous caution. Entre-temps, il a fui le pays en 2011 et depuis recherché Interpol.

Ensemble, les plaignants ont poursuivi DN International, réclamant une indemnisation de 780 de Frw.

En 2020, la Haute Cour commerciale a décidé que DN International devait être liquidée, afin de rembourser les dettes restantes par la vente aux enchères de ses patrimoines.

Il est rapporté que des actifs d’une valeur de 781 801 000 Frw ont été vendus. Les parcelles vendues sont à 50 % alors qu’une maison coûte 60 millions de Frw.

Au moins depuis le 1er décembre 2021, toutes les personnes ont reçu 40 % de payements réclamés.

Continue Reading

Business

Le Rwanda rouvre sa frontière avec l’Ouganda

Published

on

Le gouvernement rwandais a annoncé, vendredi, la réouverture, dans trois jours, du principal poste-frontière avec l’Ouganda. Fermé depuis 2019, Gatuna est une importante route commerciale terrestre.

Cette annonce intervient moins d’une semaine après la visite à Kigali du fils du président ougandais, le lieutenant-général Muhoozi Kainerugaba, en même temps le conseiller présidentiel principal pour les opérations spéciales et commandant des forces terrestres, le 22 janvier 2022.

Le gouvernement rwandais a confirmé qu’après cette visite, il a pris note qu’il existe un processus pour résoudre les problèmes soulevés par le Rwanda, ainsi que les engagements du Gouvernement ougandais à lever les obstacles restants.

“A cet égard et conformément au communiqué du 4e Sommet Quadripartite tenu à Gatuna/Katuna le 21 février 2020, le Gouvernement du Rwanda souhaite informer le public que le poste frontière de Gatuna entre le Rwanda et l’Ouganda sera rouvert à partir de 31 janvier 2022,” lit le communique.

“Comme c’est le cas pour les autres postes frontaliers terrestres du pays, les autorités en charge de la santé du Rwanda et de l’Ouganda travailleront ensemble pour mettre en place des mesures nécessaires pour faciliter les déplacements dans le contexte de la COVID-19,” ajoute-t-il.

Le texte conclut que le gouvernement du Rwanda reste attaché aux efforts en cours pour résoudre les problèmes en suspens et estime que l’annonce d’aujourd’hui contribuera positivement à la normalisation rapide des relations entre les deux pays.

Peu après la rencontre entre le général Muhoozi et Président Kagame, Yoweri Museveni, le président ougandais, a annoncé le remplacement du puissant chef du renseignement militaire, general major Abel Kandiho, en poste depuis 2017.

Ces dernières années, des responsables rwandais avaient accusé Kandiho de collaborer avec des dissidents pour enlever des citoyens rwandais en Ouganda.

Ce général fait l’objet de sanctions américaines en raison de son implication présumée et de celle de ses services dans de graves violations des droits de l’Homme. Ces allégations rassemblent ceux des Rwandais en Ouganda.

Certains analystes disent que cette décision est liée à la volonté de restaurer des relation de deux pays, même si le porte-parole de l’armée ougandais a évoqué d’un “transfert de routine et réaffectation”.

Décision saluée

Certains hommes d’affaires, dont Dennis Karera, le fondateur du Gold Capital Investments et propriétaire du Kigali Heights, ont salué cette décision.

“East African Business Council tient avec la plus haute estime S. E. Paul Kagame et le lieutenant-général Muhoozi pour la conversation héroïque qu’ils ont eue et qui a porté ses fruits en quelques jours. Nous vous saluons du haut du mont Kilimandjaro, le plus proche de notre QG. Beaucoup plus d’actions réciproques attendues,” a-t-il réagi sur Twitter.

Après certaines réunions quadripartites entre le Rwanda et Ouganda avec les presidents de la République démocratique du Congo et Angola comme médiateurs, les quatre chefs d’etat sont réunis à la frontière de Gatuna/Katuna le 21 février 2020.

Le Sommet avait recommandé que la République de l’Ouganda vérifie, dans un délai d’un mois, les allégations de la République du Rwanda concernant les actions des forces hostiles au Gouvernement rwandais, depuis son territoire.

Si ces allégations sont prouvées, le gouvernement ougandais devrait prendre toutes les mesures pour les arrêter et les empêcher de se reproduire.

Une fois cette recommandation remplie et communiquée aux Chefs d’Etats, les facilitateurs devraient convoquer dans 15 jours, un Sommet à Gatuna/Katuna, pour la réouverture solennelle des frontières et la normalisation subséquente des relations entre les deux Pays.

Malheureusement, le calendrier n’a pas été respecté.

Continue Reading

Populaire

WeCreativez WhatsApp Support
Nous sommes là pour répondre à vos questions. Demandez-nous n'importe quoi!
👋 Bonjour