13 June 2024
#Rapport spécial

PARTIE II : Pourquoi L’Ouganda Est Provocateur Et Irrespectueux ?

Celui-ci est notre deuxième article de la série exposant les dynamiques historiques et actuelles qui sont pertinentes à la relation glaciale entre le Rwanda et l’Ouganda.

Vivement, nous nous remémorons des moments qui nous aident à exposer l’hostilité du président Yoweri Museveni contre le Rwanda. Dans cet article, nous nous concentrons sur ce qui s’est passé au début des années 90. Nous choisissons des exemples clés et forts qui mettent en lumière la cohérence du comportement de Museveni malgré le fait que les deux pays aient partagé un milieu socio-politique avec des degrés variables d’interludes.

Sans doute, peu de temps après la lutte de libération pour arrêter le génocide de 1994 contre les Tutsis, les pays de la région étaient devenus le second foyer de milliers de réfugiés rwandais, en particulier des éléments de l’ancien régime de Habyarimana, qui avaient participé au génocide.

La plus grande majorité s’était établie dans les jungles de la RD Congo (Zaïre). Le gouvernement de la Republique Democratique du Congo avait aussi progressivement perdu son emprise sur la gestion de l’État, créant un environnement propice pour que les Interahamwe se mobilisent, s’organisent et retournent au Rwanda et achèvent leur mission d’extermination des Tutsis.

Pendant ce temps, les groupes politiques et armés congolais se battaient également pour le contrôle.

Les combats consécutifs de Kisangani

Au vu des problèmes de sécurité, le Rwanda s’est déployé en RDC pour débusquer les génocidaires qui s’étaient installés dans des camps militaires et de réfugiés le long de la frontière commune de la RDC avec le Rwanda, prêts à frapper et à accomplir leur mission d’extermination des Tutisi.

Donc, c’était à la fin de 1996 lorsqu’ils ont combattu aux côtés de Laurent Désiré Kabira de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo pour renverser Mobutu.

L’installation de Kigali ne resterait pas les bras croisés et n’attendrait pas que les ennuis se propagent à la maison. Ils avaient identifié le bon groupe pour apporter leur soutien.

En rappel, ces jours-là, l’APR recevait des éloges du monde entier pour avoir remporté des batailles, mais Museveni les considérait comme des « garçons » qu’il entraînait.

On raconte que lorsque les combattants rwandais avançaient vers Kinshasa, Museveni a demandé à Kigali que son frère, le général Salim Saleh, commande l’assaut final et capture Kinshasa, la capitale de la RDC. Cela a envoyé un mauvais goût aux Rwandais. L’audace de Museveni était insupportable. Sa demande arrogante et irrespectueuse était en déclin. Il remonta néanmoins jusqu’à Kisangani durant ce qu’on appelle le Congo II.

Lors du Congo II, Museveni a lutté pour justifier le déploiement de ses troupes en RDC, mais il a continué et remonté Kisangani qui avait été libéré par les troupes rwandaises (APR).

Ironiquement, Museveni a insisté pour que l’APR se retire de Kisangani et permette aux troupes ougandaises de l’occuper, ce que le Rwanda a refusé. Apparemment, le plan de Museveni était d’établir une faction dissidente du RCD dirigée par Wamba Dia Wamba.

Soudain,  août 1999, un samedi matin, des combats ont éclaté entre les forces ougandaises et rwandaises.

Les combats ont éclaté – avec des affrontements pour le contrôle du centre-ville et de l’un des deux aéroports – après que le RCD-Goma eut interrompu une « tournée d’explication » autour de Kisangani pour informer le public sur l’accord de Lusaka, selon le porte-parole du RCD-Kisangani, Sessanga. Ipongo.

Dans cette bataille au canon, l’Ouganda a été vaincu. Pour Museveni, la défaite a été douloureuse. Il a continué à chercher une chance de contrôler sa colère contre les Rwandais. Il a engagé ses commandants à Kisangani pour créer secrètement de la place pour un autre affrontement contre les Rwandais. Les deux parties se sont affrontées à trois reprises, y compris en mai et juin 2000. Les troupes ougandaises ont été à nouveau frappées presque jusqu’à l’inhalation totale.

Notamment, le 5 juin 2000, des tirs nourris ont été entendus dans le ciel entre les deux parties.

L’Ouganda a provoqué les Rwandais en bombardant leurs positions à Kisangani en milieu de matinée le 5 juin et a menti que ses forces avaient simplement répondu à une attaque contre l’un de ses véhicules de l’armée. Le bombardement a été suivi d’une attaque au sol.

En réponse à la provocation et à l’arrogance ougandaises, les troupes rwandaises bien organisées et commandées ont contre-attaqué l’UPDF dans une bataille féroce de sept heures qui a mis fin à une semaine de bombardements terrifiants et aveugles. L’Ouganda a subi de lourdes pertes que Museveni n’a jamais oubliées jusqu’à aujourd’hui.

 

 

Quelques combattants ougandais restants ont failli se jeter dans le fleuve Congo avant que les commandants rwandais n’arrêtent volontairement le feu.

Le President Museveni aurait demandé grâce aux autorités rwandaises alors que les combats s’ensuivaient.

Selon des témoins à l’époque, les corps criblés de balles de plus de 2000 soldats ougandais gisaient le long de la route de gravier qui mène au pont où les troupes rwandaises ont arrêté la poussée ougandaise dans la ville portuaire du fleuve Congo. La pestilence de la mort était partout, et il n’y avait ni eau, ni électricité, ni nourriture, ni médicaments.

Hélas, pendant ce temps, Museveni a été humilié lorsqu’il a appris que des dizaines de ses combattants étaient détenus par des combattants rwandais comme prisonniers de guerre. Il l’a ouvertement nié. Lorsque les Rwandais ont rapatrié les prisonniers de guerre, Museveni les a accueillis en héros.

Les prisonniers étaient détenus dans un camp militaire de la préfecture centrale de Gitarama. « Les autorités ougandaises devraient cesser de se poser en niant que nous n’avons pas leurs prisonniers. Il est normal de faire des prisonniers dans n’importe quelle guerre ». Bideri a ajouté : « Les dirigeants de l’armée ougandaise négocient leur libération avec les autorités militaires ici » ( Lire : https://www.thenewhumanitarian.org/report/15983/rwanda-ugandan-prisoners-war-paraded)

De retour en RDC, des observateurs de l’ONU non armés étaient en place pour surveiller le cessez-le-feu appelé par les forces ougandaises. L’ONU a levé son drapeau et a déclaré que tout nouveau combat serait considéré comme un acte d’agression contre la communauté internationale. A cette époque, les soldats rwandais avaient capturé des tonnes de munitions, des fusils et une batterie antiaérienne laissée par les Ougandais.

 

Parlant de ce qui s’est passé, « Je n’en suis pas fier », a alors déclaré un commandant rwandais. «Mais on nous a tiré dessus. Nous avons gagné parce que nos soldats savent pourquoi ils se battent. Nous quittons maintenant Kisangani quelles que soient les intentions ougandaises. Les combats ont pris fin.

 

Ce fut une autre défaite pour Museveni qui a ajouté plus de sel à la blessure. Museveni n’a jamais pardonné cela au Rwanda. Aussi menaçant qu’il soit, Museveni n’a jamais enterré la hache de guerre. Sa haine et son amertume contre le Rwanda sont toujours ardentes.

Notre prochain article sera publié prochainement.

PARTIE I : Pourquoi l’Ouganda est provocateur et irrespectueux ?

PARTIE II : Pourquoi L’Ouganda Est Provocateur Et Irrespectueux ?

Appel à mettre fin aux inégalités à

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *