Language version

Locale

Le Commissaire général de la Police Congolaise En Visite Au Rwanda

Advertisement

Published

on

La force de police rwandaise et celle  de la République Démocratique du Congo se déclarent résolues à renforcer leur coopération en vue de barrer la route à tout ce qui compromet la sécurité des deux pays.

C’est une  détermination qui a été réaffirmée ce lundi 13 décembre à l’ occasion de la visite du commissaire général de la Police Nationale Congolaise le général AMULI BAHIGWA Dieudonné.

Ce périple est perçu par les deux parties comme un signe éloquent d’une ferme coopération indispensable entre les deux pays pour garantir la sécurité de la sous région comme l’a laissé entendre l’inspecteur général de la police du Rwanda CGP Dan MUNYUZA.

« Nous devons unir nos efforts pour neutraliser les réseaux terroristes et criminels, organiser ensemble des entrainements visant le renforcement de nos capacités en vue de faire face aux crimes transfrontaliers qui compromettent la sécurité. » a-t-il indiqué.

Le Commissaire général de la Police Congolaise En Visite Au Rwanda

Le Commissaire général de la Police Congolaise estime pour sa part que face aux défis sécuritaires multiformes qui s’appuient sur le progrès technologique, les forces de police ont l’obligation de s’adapter aux moments

Face au développement des crimes nous avons l’obligation d’être prêts à leur faire face en interagissant pour les neutraliser a martelé le général congolais.

La vitalité de la coopération sécuritaire entre les deux pays est une fois de plus manifesté par les accords de coopération signés entre la police du Rwanda et de la RDC ce lundi. Pour le porte parole de la police du Rwanda, les accords de ce genre ne peuvent qu’apporter du bien aux pays respectifs et à toute la région en général.

« Ces accords concernent divers domaines visant la sauvegarde de la sécurité entre le Rwanda, la RDC et la région toute entière. Ils mettent un accent sur la lutte conjointe contre les extrémistes islamistes et les groupes terroristes tels que les FDLR, RUD Urunana et autres. De tels accords sont d’une importance capitale et c’est seulement en travaillant ensemble qu’il est possible de venir à bout de ceux qui tenteraient de déstabiliser la sécurité de la population congolaise et rwandaise,» a laissé entendre CP John Bosco KABERA, porte parole de la police du Rwanda.

Le commissaire général de la police nationale congolaise a enfin déclaré qu’il est urgent de passer à l’action pour assurer parfaitement la sécurité de la région. L’heure n’est pas au discours, il faut travailler ensemble pour LA sécurité et la tranquillité de nos peuples a réaffirmé l’officier congolais.

En plus de la coopération entre les instances sécuritaires, la vitalité des relations entre le Rwanda et la République Démocratique du Congo se manifeste par le commerce maritime, terrestre et aérien étant donné que la RDC est l’unique pays où la société Rwandair a trois destinations, dans les villes de Kinshasa, Lubumbashi et Goma.

Source: RBA

Locale

Le Rwanda a célébré la Journée internationale des personnes handicapées

Published

on

Les citoyens Rwandais se sont joints à leurs homologues mondiaux pour célébrer la Journée internationale annuelle des personnes handicapées.

Cette journée observée le 3 décembre de chaque année, vise à promouvoir les droits et le bien-être des personnes handicapées dans toutes les sphères de la société et du développement.

Dans la province orientale du Rwanda, des célébrations ont eu lieu dans le district de Gatsibo dans le secteur de Rwimbogo. Les célébrants étaient issus des 14 secteurs qui composent ce quartier.

Des célébrations ont lieu sous le thème; « Leadership et participation des personnes handicapées vers un monde post-COVID-19 inclusif, accessible et durable ».

Continue Reading

Locale

1,6 milliard de personnes sont affectées par la fermeture des écoles due au COVID-19

Published

on

Des experts en éducation se sont réunis au Rwanda pour une conférence conjointe afin d’améliorer la qualité de vie des enseignants. Ils  affirment que la fermeture des écoles dans le monde en raison de l’épidémie de COVID-19 ont touché 1,6 milliard d’élèves et d’enseignants dans le monde.

 

La conférence dite « Innovation in Teacher policy and practice for education recovery », est une étude conjointe sur la façon dont l’éducation à l’avenir ne sera plus affectée par l’épidémie.

Ils ont examiné ensemble les mesures à prendre pour garantir que l’éducation soit de plus en plus bénéfique pour tous. 

 

L’une des résolutions urgente à cet égard est le progrès de la technologie dans l’éducation et l’enseignement.

 

Sur ce, des experts en éducation, dont le ministre de l’Éducation du Rwanda, le Dr Valentine Uwamariya, ont déclaré que l’enseignant devrait disposer de capacités suffisantes pour découvrir toutes les astuces de la technologie et comment l’appliquer aux connaissances et à l’éducation des élèves.

 

Les enseignants devraient avoir la possibilité d’améliorer leurs performances en travaillant avec leurs pairs dans leur pays d’origine et ailleurs dans le monde entier.

 

Il est important que chaque enseignant, au titre de son pays, devrait disposer des outils pour l’aider à donner aux étudiants les connaissances dont ils ont besoin.

 

L’Afrique, quant à elle, a beaucoup de travail à faire pour aider ses enseignants à acquérir les compétences nécessaires et les équipements modernes relatifs à ces compétences et connaissances.

 

C’est une tâche difficile car l’objectif est d’atteindre 15 millions d’enseignants d’ici 2030.Cela exigera des gouvernements qu’ils investissent de plus en plus à long terme.

                                          La Ministre Rwandaise de l’Eduaction, le Dr Valentine Uwamariya

 

Quelle en est la situation au Rwanda ?

L’un des éducateurs, le père Jean Paul Nshimiyimana, Directeur de l’école pédagogique de Zaza (Teacher Training College) dans le district de Ngoma, a déclaré que le travail d’un enseignant est très complexe. Non seulement cela reste le même, mais l’enseignant doit aussi éveiller la curiosité de l’enfant pour les nouveautés qui lui font prendre conscience du monde qui l’entoure.

 

Nshimiyimana a ajouté qu’en dépit de la situation, le gouvernement rwandais fait de son mieux pour aider les enseignants à « sortir » de ces problèmes.

La ministre rwandaise de l’Education, le Dr Uwamariya Valentine, a déclaré qu’il est important que les capacités d’enseignants soient renforcées pour qu’ils fassent bien leur travail et que chacun garde à l’esprit que les connaissances et la dignité dont ils disposent aujourd’hui ont été acquises via l’enseignement d’où le rôle indispensable et irremplaçable de l’enseignant. 

Continue Reading

Locale

Malgré de bonnes performances de l’internet au Rwanda, le chemin à parcourir reste long

Published

on

À Kigali est ouvert le Forum rwandais sur la gouvernance de l’Internet (IGF) 2021, avec un nouvel appel à améliorer l’accès aux services Internet afin de tenir le public informé, mais aussi de réfléchir à de nouvelles façons de protéger les enfants parmi tant d’autres utilisateurs.

 

Des panélistes du gouvernement et d’experts en TIC ont partagé les leçons et les compétences Internet acquises pendant cette ère de covid-19 dans la prestation de services publics, et ont discuté des problèmes de sécurité en ligne des enfants, entre autres préoccupations liées à l’utilisation d’Internet.

 

Yves Iradukunda, secrétaire permanent du ministère des TIC et de l’innovation, a déclaré que le Rwanda a fait des progrès dans l’utilisation des services en ligne, mais que le long chemin à parcourir a été davantage éclairé par la pandémie de Covid-19.

« Nous avons de nombreux services disponibles notamment sur irembo mais nous ne sommes pas là où nous voulons être avec 100 services en ligne. Il y a plus de travail à faire pour éduquer les citoyens sur ces services », a déclaré Iradukunda ce 30 novembre 2021 en ouvrant le forum sous un thème : « Internet à l’ère post Covid-19, leçons apprises »

 

Selon Iradukunda, davantage de travail exigera du Rwanda qu’il engage davantage de partenariats dans la diffusion de services basés sur Internet de Kigali aux communautés rurales.

 

« Nous devons faire connaître les services Internet, car il existe de nombreux programmes, incitations et opportunités. Nous (le gouvernement) en voyons davantage concentrés à Kigali, mais nous devons également considérer les communautés rurales avec les entreprises et les partenaires du secteur », a déclaré Iradukunda.

 

Grace Ingabire, PDG de la Rwanda Internet Community and Technology Alliance (RICTA), a déclaré que la pandémie a particulièrement sensibilisé les Rwandais au fait qu’Internet n’est pas seulement essentiel à leur vie personnelle, mais qu’il est également essentiel à une vie professionnelle, ce qui établit la priorité pour discuter de la manière dont pour mieux utiliser Internet et protéger les utilisateurs.

 

Le forum a reconnu le rôle des TIC dans la réponse du Rwanda à la communication en matière de santé, à la formation continue et aux entreprises et services en ligne pendant la pandémie et ses limitations ultérieures aux mouvements humains, mais a insisté sur le fait que la sécurité reste un aspect clé dans la poursuite des enseignements tirés.

Les panélistes partagent des leçons et des compétences sur Internet apprises dans la prestation de services post-Covid19

 

Le porte-parole de la police, le commissaire de police (CP) Jean Bosco Kabera, qui était à l’avant-garde de la mise en œuvre des mesures gouvernementales de prévention de Covid19, a déclaré que les informations via Internet jouaient un rôle vital et qu’en tant que police, ils étaient en mesure d’atteindre et de communiquer avec de nombreux citoyens. à travers l’Internet.

 

CP Kabera a noté que les Rwandais à l’intérieur et à l’extérieur du pays ont pu se tenir au courant des informations sur et dans leur pays, sans avoir à passer à la télévision ou à la radio, et c’est quelque chose que nous devons continuer à utiliser Internet pour atteindre de nombreuses personnes à l’intérieur et à l’extérieur. le pays.

 

« Internet nous a permis de rencontrer facilement les citoyens où qu’ils soient et d’échanger des informations, des idées et des suggestions. Internet est une chose importante et même après la pandémie, nous devons voir comment il peut être utilisé correctement comme moyen de communication », a déclaré CP Kabera.

 

Cette supposition est prouvée par le montant du taux de pénétration mobile et de la consommation d’Internet qui a augmenté selon les données fournies par l’Autorité de régulation des services publics du Rwanda (RURA).

 

En octobre 2021, le taux de pénétration mobile (nombre de cartes SIM actives par population totale projetée) était de 85,3%, tandis que la consommation Internet est passée de 10 000 mbps en 2006, à 61 000 mbps en 2019 et à plus de 111 000 mbps en 2021.

Continue Reading

Populaire

WeCreativez WhatsApp Support
Nous sommes là pour répondre à vos questions. Demandez-nous n'importe quoi!
👋 Bonjour