28 May 2024
#Afrique Centrale

RDC: Le Premier Vice-Président De l’Assemblée Nationale Démissionne

Jean-Marc Kabund a annoncé ce Vendredi 14 janvier, 2022 sa démission de ses fonctions de premier Vice-président de l’Assemblée nationale  après ce qu’il a qualifié d’intimidation, d’humiliation et de torture.

C’est une forte décision qui fait suite à une expédition punitive menée en sa résidence par les militaires de la Garde Républicaine chargée de la sécurité du Président de la République et de sa famille.

‘En ce jour, je prends la décision de démissionner de mes fonctions de 1er VP de l’AN. Ainsi s’ouvre une nouvelle page de l’histoire, qui sera écrite avec la sueur de notre front, qui coulera chaque jour qu’on affrontera les brimades, humiliations et tortures…’ l’écrit Kabund sur Twitter, sans donner plus de détails.

Kabund, Président a.i de l’UDPS, parti au pouvoir est au cœur d’une altercation entre les policiers commis à sa garde et un militaire de la Garde Républicaine.

Une vidéo a fait surface sur les réseaux sociaux montrant ce dernier, assis sur le siège de devant d’une voiture roulant à contresens s’opposait à l’interpellation des occupants dédit engin.

Paroles contre paroles, muscles contre muscles, le bras de fer n’a pas été long.

L’arme de ce militaire lui a été retiré ,  et il a été extirpé du véhicule par les gardes de Kabund.

Le militaire a été embarqué et déporté à l’auditorat.

Dans la soirée, ses compagnons d’armes sont allés à la résidence de Kabund pour venger le leurs.

Ils ont cassé, chamboulé les biens dans la maison du président a l’interim du parti présidentiel.

Ils ont aussi arrêté tous les policiers commis à la résidence de Kabund.

Les militaires de  Garde Républicaine et les policiers qui ont été arreté au domicile de Kabund ont, quelques heures après, été libéré.

Mais cette situation n’a pas visiblement plu à Jean-Marc Kabund, bras droit du Chef de l’Etat.

La décision de démissionner met en évidence les failles émergentes dans la direction du pays et pourrait semer l’incertitude pour l’avenir de la coalition au pouvoir de l’Union sacrée avant l’élection présidentielle de 2023, ont déclaré des analystes politiques.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *